Jean Viens

Artiste Peintre

Jean Viens est né le 8 janvier 1929 à Montréal et décédé le 3 octobre 2012. Issus d’une famille de cinq enfants, il est le fils d’un père musicien et d’une mère artiste qui s’adonnait à l’art du dessin et de la peinture. Au cours de sa carrière de peintre, il a peint des paysages des scènes mais également des portraits. Non seulement à t’il eu un atelier à Montréal qui comportait une quinzaine d’artistes peintres, il a influencé certains artistes bien connue du Québec notamment Lise Auger, André Bertuanesque Langevin, Lionnel Laurenceau, Hervey Le Breton, Denise Dion mais également transférer en héritage l’art de la peinture à ses deux filles.

C’est dans un chemin tracé depuis sa naissance que Jean Viens signera l’œuvre d’une vie. Issue d’une famille de cinq enfants et influencé par sa mère, elle même artiste, que le jeune homme est initié dès son jeune âge à l’art du croquis. À l’école primaire on remarque son talent. Dans des concours, il se mérite la première place. Dès le secondaire, au collège Notre-Dame, le jeune artiste s’adonne à l’art du portrait avec un style et une profondeur caractéristique de l’époque des grands maîtres du Moyen Âge et de la Renaissance. À dix-sept ans, il se dirige vers l’École des beaux-arts de Montréal.

Durant son séjour à l’école des beaux-arts durant les années quarante, il appliquera à ses techniques et à son art un style libre. C’est sa rencontre avec des artistes comme Iacurto, Narcisse Poirier et Léo Ayotte qui aura eu une influence certaines sur ses œuvres. Ce dernier ayant fréquenté l’atelier situé à quelques portes de chez ses parents. Vers l’âge de vingt ans, en 1949, il s’inscrit à un concours de portrait à Montréal où il réalisera un portrait du ministre Paul Sauvé. Cette huile sur toile lui valut le premier prix. Ce prix, une bourse du gouvernement du Québec afin de parfaire son art en Europe à l’académie de Montmartre en France. Il déclina l’offre pour remettre la bourse à son ami Normand Hudon caricaturiste qui finit deuxième à ce concours. Il prit donc la décision de se marier avec Denise Biron, avec qui il aura trois enfants. En 1965, alors âgé de trente-cinq ans, à la demande du gouvernement Canadien,il représente ce dernier à Los Angeles où il expose ses œuvres. Primée ses œuvres font parler d’elles jusqu’en Europe. Une œuvre magnifique est conservée en Italie dans la cathédrale de Padre Pio.

Reconnu pour ses œuvres à caractères religieuses, il fut par la suite réticent d’aller exposer en France. Père de trois enfants, il se consacra à sa galerie d’art de la rue Jean Talon à Montréal d’où avec une quinzaine de jeunes artistes, ils comblaient les demandes d’œuvres commerciales des grands hôtels et magasins. Il reçut des commandes très importantes de la part de certaines communautés religieuses mais également de personnes ayant des collections privées. Ses œuvres personnalisées, lui ont demandé de puiser en lui une étonnante profondeur et ont pris une grande place dans sa vie d’artiste. Une de ces commandes consista à peindre vingt œuvres de grands formats pour une collection privée. On peut citer également les quinze œuvres représentant le chemin de croix dans l’église Notre-Dame du Bon Conseil d’Otterburn Park.

Depuis, ayant développé une maladie des yeux, il a laissé son atelier qui porte son nom à ses trois enfants. Son état s’est dégradé et aujourd’hui il est aveugle.
©wikipedia  wikipedia